Money 2b.jpg

FINANCER

 

Plusieurs prix sont dédiés aux méthodes de recherche sans animaux

Prix EthicScience, ProAnima : cliquer ici

Créé en 2013 par le Comité scientifique Pro Anima, financé via le Fonds d’action EthicScience et un généreux mécénat, le Prix EthicScience récompense tous les deux ans des programmes scientifiques n’ayant impliqué aucune utilisation d’animaux et présentant des avancées de premier plan tant sur le plan de l’innovation que sur le plan éthique.

Les programmes récompensés en 2020 ont été :

Le prix attribué en 2022 sera d’un montant minimum de 20 000 euros.

Prix de biologie Alfred Kastler, LFDA : cliquer ici

Le Prix de biologie Alfred Kastler de la LFDA a été fondé en 1984 à la mémoire du Professeur Alfred Kastler, prix Nobel, membre de l’Institut, cofondateur de la LFDA et son président de 1979 à 1984. D’un montant de 4 000 €, ce prix est destiné à encourager la recherche et l’application de méthodes évitant l’utilisation expérimentale traumatisante de l’animal.

En 2017, le prix a été attribué à Mohammed Moudjou, Vincent Béringue et Jérôme Chapuis, chercheurs en virologie et immunologie moléculaire à l’INRA, pour la mise au point d’une méthode alternative au modèle animal permettant le diagnostic de maladies à prion chez l’homme et l’animal.

EPAA (European Partnership for Alternative Approaches to Animal Testing) : cliquer ici

Tous les deux ans, depuis 2014, l'EPAA accorde un "prix scientifique 3R" (10 000 euros) pour promouvoir la recherche européenne sur les approches alternatives à l’expérimentation animale.

Le prix 2020 a été attribué à Viviana Meraviglia du Centre médical universitaire de Leiden aux Pays-Bas. Son travail portait sur les « microtissus cardiaques 3D multicellulaires issus de cellules souches pluripotentes humaines (hiPSC) : une nouvelle plate-forme pour étudier les maladies cardiaques, la cardiotoxicité et l'efficacité des médicaments chez l'homme in vitro ».

L'appel à candidatures pour 2022 est en cours.

Prix 3R remis par le FC3R : cliquer ici

En décembre 2022, seront décernés le prix 3R "Chercheur et zootechnicien" (pouvant aller jusqu'à 3 000 euros) et le prix du concours photo "Méthodes alternatives" (jusqu'à 500 euros).

Des appels à projets portent sur les méthodes alternatives

FC3R : cliquer ici

  • Septembre 2022 : "Les 3R en France : initiatives collectives et outils de partage"

  • Novembre 2022 : "Remplacement : alternatives aux modèles animaux et produits d’origine animale en recherche" : est éligible tout projet impliquant au moins une structure publique française (laboratoire, université…) et proposant une nouvelle stratégie, méthode ou technologie qui favorise le Remplacement, par exemple : développement de méthodes alternatives ou substitutives in vitro (cultures cellulaires, organoïdes, organ-on-chip), in silico (approches bio-informatiques, développement de modèles numériques) ou in chemico (études biochimiques de toxicité) ; remplacement de sous-produits d’origine animale (sérum fœtal de veau, extraits de membranes basales, anticorps) par des alternatives synthétiques et recombinantes ; recours à des cellules primaires, à des espèces non-mammifères (nématode, drosophile, zebrafish) et/ou à des stades de développement précoces, notamment pour les cribles génétiques ou toxicologiques à grande échelle, etc.

 

Le FC3R apportera préférentiellement son soutien aux projets à fort potentiel, susceptibles d’être pérennes et d’impacter la mise en œuvre des 3R à l’échelle la plus large possible. En plus d’une aide financière pouvant aller jusqu’à 50K€, les lauréats auront l’opportunité de promouvoir leur projet au sein du réseau FC3R et auprès du grand public.

Les soutiens aux start-ups

Plus généralement, les organismes de financement de start-ups peuvent intervenir dans le champ des alternatives à l'expérimentation animale, à commencer par la Banque Publique d'Investissement (BPI France).

Ainsi, en 2018, le concours d'innovation i-Lab de la BPI a récompensé par un Grand Prix  "TreeFrog" pour sa méthode de production de masse de cellules souches et d'organoïdes pour le criblage de médicaments et le développement d'initiatives en thérapie cellulaire.

A aussi obtenu le prix i-Lab en 2019 la société Eden Microfluidics, spécialisée en microfluidique : écouter l'interview de son dirigeant, Emmanuel Roy, ici.

La BPI a soutenu la société "HTL Biotechnologie", créé en 1992. HTL est très rapidement devenu un acteur industriel majeur en fournissant en acide hyaluronique injectable les plus grandes entreprises des secteurs pharmaceutiques et médicaux (médecine esthétique, ophtalmologie, orthopédie ou encore rhumatologie). Fruit de la découverte, par la docteure en pharmacie Michèle Ranson, d’une méthode permettant de reproduire synthétiquement par fermentation l’acide hyaluronique essentiel à l’hydratation des tissus, HTL offre une alternative à l’extraction animale traditionnelle : lire ici.

Dans le même esprit, le prix EDF Pulse en 2016 a récompensé, dans la catégorie e-santé, la société Biomodex, qui a développé un dispositif basé sur l'impression 3D pour entraîner les chirurgiens avant une opération. Ces impressions  reproduisent les propriétés biomécaniques du corps, des organes et des tissus, de sorte que les chirurgiens aient l’impression d’intervenir sur un double de leur patient.

Démonstration en vidéo : cliquer ici