SE FORMER

Peut-on se former aux méthodes dites « alternatives » ?

Des projets visant à la conception de nouvelles approches et méthodes de recherche in vitro et in silico sont de plus en plus souvent mis en œuvre grâce à la constitution d’équipes de recherche ayant acquis des compétences multidisciplinaires. 

Certains parcours de formation permettent d’envisager de faire de la recherche en lien avec les sciences du vivant et de la santé en s’abstenant d’utiliser des animaux même s’il n’existe pas à proprement parler de formations aux approches ou aux méthodes alternatives.

 

De nouvelles filières, de nouveaux cursus…

Des formations de second cycle supérieur (parfois de premier cycle) sont spécifiquement et totalement dédiées aux biomathématiques, à la bio-informatique, à la biologie systémique, à la micro-fluidique et à ses applications, à l’ingénierie pour la bio-impression 3D et 4D de tissus. Il existe également des formations au génie cellulaire, à l’utilisation de cellules souches, au sein de cursus de biologie cellulaire, ou dans le cadre de filières de biotechnologies appliquées à la toxicologie ou à l’évaluation des risques sanitaires et environnementaux. 

On peut cependant regretter l’absence de formations dédiées aux méthodes in vitro en tant qu’objet de recherche.

 

Pour la meilleure prise en charge de la douleur des animaux 

S’il est indispensable de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires au remplacement rapide des animaux dans la recherche, il est tout autant indispensable de s’assurer que tout est fait pour que la douleur de ceux qui sont encore dans les laboratoires soit réduite au minimum. Ce qui suppose que les personnels utilisant les animaux (concepteurs et applicateurs des procédures notamment) disposent d’une formation approfondie, a minima celle qui est requise pour des assistants vétérinaires. Quant aux vétérinaires d’animalerie, il apparaît indispensable qu’ils soient formés à l’algologie animale, en fonction des diverses espèces qu’ils auront à prendre en charge. 

 

Formation initiale (liste non exhaustive)

 

IPGG – Institut Pierre-Gilles de Gennes

C’est avant tout l’institut de la micro-fluidique (la science de la manipulation des fluides à l’échelle micrométrique), domaine de recherche jeune et interdisciplinaire dont les applications sont nombreuses et en forte croissance. La fabrication des organes sur puce nécessite l’utilisation de la technologie micro-fluidique.

Présentation de l'IPGG : Cliquer ici

Présentation Master 2 Microfluidique : Cliquer ici

Université Paris-Diderot

L’Université propose un DU « Évaluateur de la sécurité toxicologique pour les produits chimiques et cosmétiques »

Les objectifs de cette formation sont de former des évaluateurs de sécurité et évaluateurs de risques dans le secteur cosmétique et chimique, afin de répondre à la nouvelle réglementation européenne et de faire acquérir aux étudiants les bases toxicologiques, les méthodologies, les modèles cellulaires et méthodes alternatives liées à une démarche d’évaluation des risques.

Présentation du DU : Cliquer ici 

Université Pierre et Marie Curie (Sorbonne-Université)

 

  • Un master de biologie moléculaire et cellulaire, proposant 10 parcours, dont :

-Un parcours de bio-informatique et modélisation : concepts, méthodes et techniques nécessaires à la modélisation informatique et mathématique des systèmes biologiques.

 

Pour plus d'information : Cliquer ici 

 

-​Un de biologie cellulaire et cellules souches au sein duquel est proposée la thématique « Biologie des cellules souches ». 

 

Pour plus d'information : Cliquer ici 

  • Un master de biologie intégrative et physiologie, dont un parcours de biologie des systèmes :

 

Ce parcours, à vocation pluridisciplinaire, développe une plus grande interaction entre la biologie intégrative et les disciplines telles que l’informatique et les mathématiques afin de faire face aux grands défis que sont le « big data », les nouvelles technologies, l’interface homme machine et la modélisation en santé et plus généralement en sciences du vivant. 

 

Pour plus d'information : Cliquer ici

 

 

Université Paris-Saclay 

Master de bio-informatique, axé sur les besoins en recherche et développement de haut niveau des entreprises et des organismes de recherche en bioinformatique, biostatistiques et biotechnologies, auxquelles s'ajoutent sciences du vivant et agronomie.

Pour plus d'information : Cliquer ici 

 

Université de Poitiers

L’Université propose plusieurs niveaux de formation dans le domaine du génie cellulaire :

 

  • « Méthode d’étude de la cellule 1 » et « Méthode d’étude de la cellule 2» Bac +4 : 

 

Compétences visées : Connaissance théorique et pratique de techniques de biologie cellulaire couramment utilisées lors de stages en laboratoire ou lors de la réalisation de projets en entreprise.

 

Pour plus d'information : Cliquer ici 

 

  • « Parcours Génie cellulaire » Bac + 5 : 

 

Les UE rattachées au pôle « biologie » de la formation permettent à l’étudiant d’approfondir ses connaissances dans le domaine de la biologie cellulaire, la physiopathologie, la pharmacologie, la toxicologie et la microbiologie et d’explorer les biotechnologies appliquées et la transgenèse, ainsi que les « omics » (génomique, protéomique, transcriptomique, etc.) et la bio-informatique. 

 

Nota : les travaux sont effectués sur cultures cellulaires animales. 

 

Pour plus d'information : Cliquer ici 

 

 

Université de Lorraine

L’université propose (Faculté des sciences et des technologies de Nancy) une formation niveau Master : « Sciences du vivant – parcours biotechnologies (BTECH) ».

Dans cette filière 3 options sont proposées aux étudiants.

L’utilisation d’animaux vivants dans les options « Génie cellulaire » et « Ingénierie moléculaire » n’est pas exigée.

Pour l’option « Génie cellulaire », une certification complémentaire via une UE « Expérimentation animale » est proposée (sans être obligatoire).


 

Présentation du master : Cliquer ici

Présentation de l'option "génie cellulaire" : Cliquer ici

 

 

UCBL- BioSyl- Réseau de biologie systémique (*) de l’Université de Lyon

Les cursus sont extrêmement variés au niveau Master : formations en bio-informatique et modélisation, en mathématiques pour la biologie et la médecine, en mathématiques et informatique du vivant, en recherche AIV « approches interdisciplinaires du vivant » :

Pour plus d'information : Cliquer ici 

(*) Voir sur notre site la partie « De quoi parle-t-on ? »

 

Institut national des sciences appliquées de Lyon

Le département de BioSciences forme des ingénieurs pluridisciplinaires via deux parcours de formation : biochimie et biotechnologies ou bio-informatique et modélisation. 

Pour plus d'information : Cliquer ici 
 

 

Institut de Chimie et de Biochimie moléculaire et supramoléculaire (ICBms)

Les travaux de recherche s’articulent autour de trois grandes thématiques :

-Synthèse, méthodologie et catalyse

-Bio molécules (synthèse, propriétés et assemblages)

-Membranes biologiques et biomimétiques, biocatalyse

Les étudiants de l’équipe « GEMBAS » collaborent à la fabrication d’imprimantes 3D avec la plateforme Axel One (bio-impression et santé).

Présentation de l'ICBms : Cliquer ici

Présentation de l'équipe "GEMBAS" : Cliquer ici 

Institut Wyss (Université d’Harvard)

 

Pour celles et ceux qui seraient prêts à partir aux Etats-Unis, l’institut compte actuellement 18 professeurs permanents et 16 professeurs associés de l’Université de Harvard qui sont des leaders dans le domaine de l’ingénierie d’inspiration biologique.

L’Institut Wyss est – entre autres - mondialement connu pour le développement des organes sur puce (*) 

Pour plus d'information : Cliquer ici

(*) Voir sur notre site la partie « De quoi parle-t-on ? »

 

 

Formation Continue (liste non exhaustive)

 

ALTERTOX Academy

L’académie Altertox propose des formations pratiques dans le domaine des méthodes alternatives, destinées aux toxicologues quel que soit leur niveau d’expérience, du technicien débutant au directeur de département. L’académie Altertox permet aux participants de prendre en main ces nouvelles technologies et de se familiariser avec les étapes décisives qui ne sont habituellement pas décrites dans les guides de tests de l’OCDE.

Pour plus d'information : Cliquer ici
 

L’UCBL

 

L'UCBL propose des modules de formation de quelques jours dédiés à la bio-informatique. Des formations « à façon » peuvent être envisagées, à la demande. (voir plus haut formation initiale)

Pour plus d'information sur l'analyse et la modélisation des données en biologie : Cliquer ici 

Pour plus d'information sur l'initiation aux environnements, utilisation d’outils et compréhension de méthodes utilisées en bio-informatique : Cliquer ici 

 

CNRS

Cet organisme public dispose d’un catalogue de formations très fourni dans le domaine de la  biologie cellulaire. 

Pour plus d'information : Cliquer ici 

 

Quelques exemples de formations : 

La culture de lignées cellulaires :

Pour plus d'information : Cliquer ici 

La contamination dans les cultures cellulaires :

Pour plus d'information : Cliquer ici 

Culture et contrôle qualité des cellules souches à pluripotence induite :

Pour plus d'information : Cliquer ici 

 

 

IPGG

L’institut Pierre-Gilles de Gennes proposera bientôt des modules dans le cadre de la formation continue (applications de la micro-fluidique).

Pour plus d'information : Cliquer ici

 

 

Biosciences and Co 

Offre de formation en matière de culture cellulaire, de cytométrie en flux et tri cellulaire :

Pour plus d'information sur la formation de cytométrie en flux : Cliquer ici 

Pour plus d'information sur la formation tri cellulaire : Cliquer ici 

Les formations se déroulent à Lyon ou à Paris ou en intra.

 

Tous Chercheurs (Marseille)

Cette structure propose des formations destinées aux professionnels de tous les secteurs concernés par les biotechnologies dont des formations à la culture cellulaire (initiation et perfectionnement). Au-delà de cette offre, la démarche – qui vise à rapprocher tous les citoyens de la science et de la recherche – est originale et mérite d’être soutenue. 

Pour plus d'information : Cliquer ici

 

Cap douleur

Cette structure est née de l’initiative de trois vétérinaires. 

Les formations dispensées n’accueillent que des vétérinaires. On y traite de la douleur des chiens et des chats mais aussi de celle des « nouveaux animaux de compagnie » (rongeurs, lapins, reptiles, tortues).

Présentation de cap douleur : Cliquer ici 

Présentation des formations : Cliquer ici 

logo-transcience_edited.jpg